samedi 25 juillet 2015

Catastrophes naturelles: 19,3 millions de personnes déplacées en 2014; 62,000 par jour depuis 2008

En 2014, 19,3 millions de personnes ont été obligées de fuir leur foyer en raison d’une catastrophe liée aux aléas naturels, révèle le dernier rapport de l’Observatoire des situations de déplacements internes (IDMC) du Conseil norvégien pour les réfugiés. Si les tremblements de terre et les éruptions volcaniques ont entraîné la mobilité de 1,7 million de personnes, dans leur très grande majorité (17,6 millions), ces déplacements ont été provoqués par des catastrophes liées aux aléas climatiques, des cyclones et des inondations essentiellement.

Depuis 2008, ces catastrophes ont entraîné le déplacement de 22,5 millions de personnes en moyenne chaque année — pour la plupart à l’intérieur même de leur pays — soit l’équivalent de 62 000 personnes chaque jour.

Aujourd’hui, la probabilité qu’une personne subisse un tel déplacement est 60 % plus élevée que dans les années 1970. Et les effets des changements climatiques qui causeront de plus en plus d’événements extrêmes exacerberont encore cette tendance, s’alarme l’IDMC. D’autant que le nombre des personnes vivant dans des zones à risque ne cesse de croître.

Plus d'info

jeudi 23 juillet 2015

Climat: de -35ºC à +25ºC au Groenland (+60ºC en 8 ans)

Au Groenland, la glace fond à vue d’œil. Cette année, le thermomètre est passé à 25ºC. Il y a huit ans, pour la même période, le blizzard soufflait et les scientifiques devaient affronter des températures de -35ºC. Une amplitude de 60 degrés inquiétante pour les chercheurs qui observent la banquise depuis plus de 25 ans.

Plus d'info

dimanche 19 juillet 2015

L'Australie déclare la guerre aux chats errants: 2 millions exterminés pour protéger la faune

L’Australie a déclaré la guerre aux chats errants, le gouvernement du pays annonçant récemment qu’il dépensera 4,8 millions US$ pour les éliminer. Selon le ministre de l’Environnement, 27 espèces de petits mammifères seraient disparues à cause de ces chats et 120 autres seraient menacées.

Les chats ont été introduits en Australie par les colons entre le 17e et le 19e siècle. Le nombre de chats errants serait aujourd'hui d’environ 30 millions. Certains peuvent atteindre trois fois la taille d’un chat domestique et peser jusqu’à 15 kilos. D’ici 2020, le gouvernement australien souhaite en exterminer 2 millions et créer des zones protégées (c’est-à-dire sans chats errants).


samedi 18 juillet 2015

Environnement: 70% des oiseaux marins (200 millions d'oiseaux) ont disparu en 60 ans

Exemple frappant de la dégradation accélérée de la santé des écosystèmes marins, les populations d’oiseaux de mer ont connu des reculs significatifs au cours des dernières décennies. C’est du moins la conclusion implacable d’une vaste recherche universitaire, la première du genre à analyser le sort de centaines espèces vivant dans plusieurs régions du globe.
 
En se basant sur des données de populations disponibles sur plusieurs décennies pour plus de 300 espèces, les chercheurs du projet « Sea Around Us » ont déterminé que le « déclin global » des oiseaux marins se situe à 69,7 % sur une période de 60 ans, soit de 1950 à 2010. Cela équivaut à la disparition de plus de 200 millions d’oiseaux.




vendredi 17 juillet 2015

Le déclin global des abeilles pourrait causer 1,4 million de décès par année

Le déclin global des pollinisateurs, essentiellement des abeilles et d'autres insectes, pourrait provoquer jusqu'à 1,4 million de morts supplémentaires par an, selon une analyse publiée dans la revue médicale The Lancet. Ce chiffre correspond à une augmentation de la mortalité mondiale de près de 3%.

L'accroissement de mortalité résulterait de la combinaison d'une augmentation des carences en vitamine A et en folates (vitamine B9 ou acide folique), vitales pour les femmes enceintes et les enfants, et d'une incidence accrue des maladies non transmissibles comme les maladies cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et certains cancers.


jeudi 16 juillet 2015

1 million de sacs en plastique sont consommés dans le monde chaque minute

La population mondiale en consomme 1 million chaque minute: considéré par le Livre Guinness des records comme «l’objet de consommation le plus répandu dans le monde», le sac en plastique est devenu la principale source de pollution dans le monde.

On le trouve partout sur la planète: plages, fond des océans, Arctique et même au sommet du monde, le mont Everest. La plupart des matières plastiques n’étant pas biodégradables, le sac en plastique peut durer des centaines d'années dans l'environnement.


mercredi 15 juillet 2015

Climat: un réchauffement de 2ºC suffirait pour augmenter de 6 mètres le niveau des océans

Une nouvelle recherche dans la revue Science conclut qu’un réchauffement de seulement 2ºC entraînerait une hausse de 6 mètres du niveau moyen des océans, ce qui aurait pour conséquence de submerger la plupart des villes côtières.

375 millions de personnes habitent actuellement une zone située à 6 mètres ou moins au-dessus du niveau de la mer, selon les calculs de Climate Central. Aux États-Unis, plusieurs villes côtières comme Miami, La Nouvelle-Orléans et New York disparaîtraient. C'est 17 millions d’Américains, soit 5% de la population, qui vit sous cette altitude.



mardi 14 juillet 2015

Éliminer la faim dans le monde d’ici 2030: 267 milliards US$ par an selon la FAO

L’organisation de l’ONU pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) estime qu’il est possible d’éliminer la faim dans le monde d’ici à 2030 au prix d’un investissement de 267 milliards de dollars US par an pendant les 15 prochaines années.

«Si nous maintenons le statu quo, nous aurons encore en 2030 plus de 650 millions de personnes souffrant de la faim», a déclaré José Graziano da Silva, directeur général de la FAO, en présentant à Rome un rapport fait conjointement avec le Programme alimentaire mondial (PAM) et le Fonds international pour le développement agricole (FIDA).


lundi 13 juillet 2015

Brésil: 10,000 poissons meurent en attendant leur transfert dans un aquarium géant

L’histoire du “plus grand aquarium d’eau douce du monde” commence mal. Avant même la fin de la construction du bassin géant dans le centre-ouest du Brésil, plus de 10,000 poissons placés dans des réservoirs en attendant que les travaux soient terminés sont morts.

Le gouvernement local et Anambi, l’entreprise qui s’occupait des poissons, s’accusent mutuellement. Si l’on en croit le premier, ce sont des failles techniques, comme le manque d’oxygène et la présence de bactéries, détectées lors de contrôles effectués dans les réservoirs d’Anambi, qui sont en cause.

Mais Anambi rejette la faute sur les retards pris par les travaux. “Le transfert des poissons était prévu entre janvier et février, mais les bassins n’étaient pas prêts”, a déclaré un porte-parole d’Anambi.

Plus d'info

dimanche 12 juillet 2015

Tendance : lézards, tortues et autres animaux vivants en guise de porte-clés en Chine

Des milliers de vendeurs ambulants proposent aux touristes (et aux locaux) des poissons, lézards, salamandres, grenouilles, tortues et autres animaux miniatures enfermés dans un porte-clés.

Ces animaux baignent dans un liquide à haute teneur en oxygène et en nutriments, qui leur permet de survivre quelques jours avant d'asphyxier et de finir en cadavres décoratifs.

Plus d’info




jeudi 9 juillet 2015

Gagnants du World Press Photo 2015 (catégorie Nature)

Singe de cirque terrorisé à l’approche de son entraineur à Suzhou, en Chine. Les animaux de cirque sont très populaires dans ce pays, malgré des lois interdisant cette pratique (1er prix, catégorie Nature - Yongzhi Chu, Chine).

Plus d'info


Jeunes guerriers Samburu (Kenya) rencontrant un rhinocéros pour la première fois de leur vie. La majorité des habitants du pays ne voient jamais la faune avoisinante (2e prix, catégorie Nature - Ami Vitale, USA).



Angelo, un orang-outan de 14 ans, attend patiemment son examen médical à North Sumatra (Indonésie). Il a été trouvé sur une plantation d’huile de palme criblé de balles tirées d’une carabine à plomb (3e prix, catégorie Nature - Sandra Hoyn, Allemagne).


mardi 7 juillet 2015

Enquête : 70% des vins courants contiennent des traces de pesticides

Dans une enquête récente de Testachats.be (Belgique), 79 vins courants (dont 39 vins biologiques) ont été analysés afin de détecter la présence de 234 pesticides différents. De tels résidus de pesticides peuvent être la conséquence d’un traitement des raisins (par exemple contre le mildiou, insectes nuisibles…) ou d’une contamination (par exemple par pulvérisation d’une parcelle attenante).

Résultat : 70% de vins courants (dont 2 biologiques) contenaient des traces de pesticides (même si la teneur en résidus était généralement infime).


lundi 6 juillet 2015

Les boissons sucrées tuent 184,000 personnes dans le monde chaque année

Les boissons sucrées sont responsables d'environ 184,000 décès chaque année à travers le monde, selon une étude publiée par le journal médical Circulation

Aux fins de cette analyse, les boissons sucrées incluaient les boissons gazeuses sucrées, les jus de fruits, les boissons énergétiques, les thés glacés sucrés ou les boissons sucrées fabriquées à la maison et qui contenaient au moins 50 kilocalories par portion de 235 millilitres. Le jus de fruit pur a été exclu.

Cela a permis aux chercheurs de déterminer que les boissons sucrées ont été responsables, en 2010, d'environ 133,000 décès attribuables au diabète, 45,000 décès attribuables aux maladies cardiovasculaires et 6,450 décès attribuables au cancer.

Plus d'info

dimanche 5 juillet 2015

Il y a 15 ans aujourd’hui: sauvetage historique de 40,000 manchots au large de Cape Town

Le 5 juillet 2000, des écologistes d’Afrique du Sud procèdent au plus grand sauvetage d’oiseaux sauvages de l’histoire. Plus de 18,000 Manchots du Cap sont déplacés alors qu’une nappe d’huile menace leur survie sur l'île de Dassen, au large de Cape Town.

Les opérations de sauvetage ont commencé la semaine précédente après le naufrage d’un pétrolier panaméen (Treasure), chargé d’environ 14,000 tonnes de pétrole. À terme, quelque 23,000 manchots seront sauvés (et nettoyés). Un autre 17,000 sera déplacé hors de danger.

Plus d'info

vendredi 3 juillet 2015

Pillage et tourisme : la Grande Muraille de Chine amputée de 2000 km

D'après une étude officielle citée par le Global Times, la portion la plus célèbre de la Grande Muraille de Chine, édifiée sous les empereurs Ming (du 14e au 17e siècle), est victime des pillages.

Environ 2000 kilomètres ont disparu et près de 1200 kilomètres sont en mauvais état, estime l'Administration d'État chargée du patrimoine, qui a cantonné son étude sur un segment long de 9000 kilomètres.

Les résidents vivant à proximité de la Grande Muraille ont l'habitude de se servir en briques pour bâtir leurs maisons et des sections ont été détruites en raison de l'expansion urbaine et de la construction des routes. L'afflux des foules de touristes (15 millions par an) contribue aussi à la dégradation du monument.

La longueur totale de la Grande Muraille est d'environ 21,000 kilomètres (portions construites, parties disparues et celles formées par des reliefs naturels).


jeudi 2 juillet 2015

La France va tripler ses déchets radioactifs d'ici 2080

Selon l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra), la France compte actuellement 1,5 million de m3 de déchets radioactifs. Ce chiffre devrait tripler à l'horizon 2080 lorsque toutes les installations nucléaires actuelles auront terminé leur vie

Dans le détail, 60% de ces déchets proviennent du secteur électronucléaire, 27% de la recherche, 9% de la défense, 3% de l'industrie non nucléaire et 1% du secteur médical. La production de déchets radioactifs représente quant à elle l'équivalent de 2 kg par an et par habitant.

Ces déchets radioactifs sont de nature très diverse et ne présentent pas tous les mêmes risques. Les plus dangereux, les déchets de haute activité (HA), représentent 0,2% du volume (3.200 m3 fin 2013) mais près de 98% de la radioactivité. Ils sont issus pour l'essentiel du traitement des combustibles usés dans les réacteurs nucléaires français.

Plus d'info

mercredi 1 juillet 2015

Tortues à soc du Madagascar : carapaces défigurées pour décourager les braconniers

Dans une tentative désespérée pour sauver l’un des espèces les plus menacées dans le monde, des écologistes ont pris la décision controversée de « défigurer » les carapaces des dernières survivantes.

Les tortues à soc sont particulièrement prisées pour leur carapace noire et dorée. Ces carapaces valent de l’or sur le marché noir international.

Le braconnage est tellement problématique qu’il ne resterait que 500 tortues à soc. Leurs carapaces sont donc gravées de façon permanente d’un long numéro de série et des lettres « MG » pour Madagascar. Les écologistes espèrent que cette action découragera les braconniers.